LA PAROISSE

La paroisse église et presbytère« Le cimetière se trouvait préalablement tout près de l’église. Sa clôture de perche s’abîmait rapidement et la construction de l’église menaçait son intégrité. La Fabrique, le 10 mai 1882, a acheté un terrain appartenant à monsieur Aimé Desautels.

Les lots ont alors été vendus 10 $ avec entretien à perpétuité. Nous respectons toujours cet engagement bien que le coût et la dimension des terrains actuels aient été révisés.

 

À l’occasion de l’Année Sainte en 1950 on prit la décision de clôturer le cimetière. La collaboration des familles reste inscrite dans la pierre des poteaux qui longent la rue Désautels. »

Monique Lecours
Ex-présidente de l’assemblée de la Fabrique

 La paroisse le cimetière
 La paroisse Stella Desmarais

« Un jour, un notaire de Laval se présente au presbytère et dépose devant moi des bons au porteur pour une valeur de quelque 50 000 $. Ce monsieur m’explique qu’une ancienne paroissienne avait légué cette somme à la paroisse, sans aucune restriction quant à l’utilisation des fonds. Les scouts, les AA et les gens endeuillés, entre autres, avaient bien besoin d’un lieu de rencontre adéquat. L’ancienne grange nécessitait des réparations.

C’est donc grâce à Stella Desmarais que tous ont maintenant un local accueillant, la salle Stella Desmarais. »

Aurèle Beauregard
Curé (1969 à 2001)

Ce bâtiment construit en 1890 dont la façade donne sur la rue Saint-Hippolyte, avait eu bien des usages. Le bedeau habitait la moitié gauche et dans l’autre partie, il y avait une salle communautaire qui avait aussi été utilisée pour les réunions des conseils municipaux pendant plusieurs décennies.

 

« Au soir de la fête des mères 1967, notre résidence familiale était complètement détruite par un incendie. Le maire Jean-Guy Sénécal et les conseillers ont pris la décision d’offrir la maison du bedeau à mes parents pour reloger rapidement la famille. La maison du bedeau a donc quitté l’arrière de l’église pour occuper notre terrain, rue Plante.  La solidarité des Hilairemontais reste inoubliable. »

Louise Larose

 La paroisse maison du bedeau